PRESSE

Le Studio Chopin de Varsovie

Le style d’interprétation du français Jean-François Bouvery nous a clairement rappelé celui de Paderewski – le plus grand compositeur Polonais du XXème siècle – surtout dans l’Etude en do majeur opus 10 n° 1 de Chopin. Jean-François Bouvery a commencé la Ballade n°4 en fa mineur de façon impressionnante pour ensuite mettre en valeur des détails souvent négligés par les autres pianistes. Son jeu solide a constamment donné une très bonne impression d’ensemble.

Andrzej Sulek Kacper Miklazewski

05/10/95

[Sortie du CD Voyage imaginaire de R.CASADESUS]
Une intégrale des sonates pour piano de Robert Casadesus nous avait déjà permis de souligner l'adéquation entre le jeu élégant mais sobre de Jean-françois Bouvery et l'écriture à la fois chatoyante et pudique du compositeur. Ce jeune pianiste en épouse habilement les contours, parfois redoutables, s'attachant d'abord à en traduire la substance «sensible», suivant en cela les préceptes de R.Casadesus interprète : la technique doit toujours s'effacer devant la musicalité. Ce CD a reçu le Diapason découverte 2006

François Laurent

01/02/05 et 01/07/06

Le Figaro
C’est un pianiste solide qui maîtrise bien sa technique et qui se montre à la hauteur des difficultés digitales qu’il rencontre. (…) Jean-François Bouvery s’y est montré excellent de brio et de panache…

Pierre Petit

Récital Salle Gaveau - 14/02/94

La Nouvelle République du Centre-Ouest
Le clou de ce concert a été, sans conteste, l’exécution éblouissante du difficile 2ème Concerto de Saint-Saëns par Jean-François Bouvery et l’orchestre symphonique. Avec sa technique très au point, sa musicalité, l’intense vitalité qu’il a développée dans les trois mouvements de l’œuvre, ce jeune pianiste blésois, qui n’a pas 18 ans, est en tous points digne de se faire entendre à la télévision et dans les grands concerts.

Ph. De F.

18/12/85